Réseaux sociaux

3 méthodes de growth hacking sur Facebook

Par on 16 août 2016

Tout d’abord, qu’est-ce que le growth hacking ? Il s’agit tout simplement de détourner les systèmes judicieusement afin d’obtenir une croissance plus rapide.

Le mot « growth » signifie « croissance » et « hacking » veut dire « pirater », « détourner le système. Concrètement cela vous sert à automatiser certaines tâches pour gagner du temps.

Le growth hacking est l’un des outils de prédilection des start-ups, dont les méthodes permettent une croissante rapide avec un maximum d’efficacité et un budget peu élevé.

Il est possible de faire du growth hacking en utilisant des logiciels spécifiques, avec des méthodes originales, en « détournant » tout un système, en analysant les données pour upgrader les résultats…

Même s’il est plutôt associé à du développement, le growth hacking peut à présent s’effectuer grâce à quelques logiciels. Pas besoin d’être un expert pour y arriver !

Aujourd’hui, on appelle growth hacking surtout ce qui permet de faire de la croissance de manière non conventionnelle : on peut par exemple détourner une actualité de manière à augmenter sa notoriété.

La base du growth hacking repose sur l’amélioration en continu du cycle des ventes.

Optimiser l’acquisition de prospects

Cela signifie améliorer l’efficacité des outils marketing utilisés. L’exemple le plus flagrant est le pop up.

Force est de constater que l’intrusion, ça marche ! Et comme la plupart des gens quittent une page web sans rien y avoir fait, il est primordial de capter leur attention (et leurs coordonnées) avant qu’ils ne partent.

Cette méthode est souvent critiquée parce qu’elle gène la navigation du visiteur ou ca semble encombrer l’écran du visiteur etc…

Il faut savoir l’utiliser et surtout la personnaliser pour apporter une vraie valeur à votre visiteur qui acceptera de laisser ses coordonnées (son email en l’occurrence) pour obtenir quelque chose que vous proposer via cette pop-up.

Oui car il faut toujours proposer quelque chose en échange des coordonnées de votre visiteur, c’est la manière la plus simple d’inciter vivement la personne à s’inscrire. (vous pouvez lui offrir un panel de conseils que vous avez concocté, des trucs et astuces, etc…)

reseau-social-Facebook

L’automatisation d’un service

Cela peut passer par des assistants ou des tuto qui aident, étape par étape, les personnes à créer leur compte, ou alors un système de mails automatisés, détecter ce qui peut poser problème au client etc.

Le plus connu reste l’autorépondeur.

Il s’agit d’inciter votre visiteur à s’inscrire via votre formulaire ou votre pop up, puis de lui envoyer vos services, vos produits ou votre tunnel de ventes par email.

Les séquences sont automatiques et gérées par votre autorépondeur, qui, une fois bien affûté, peut-être un moyen ultra puissant pour vendre.

Relancer les clients inactifs

Cela passe par l’envoi de mails dès qu’on se rend compte que le client n’est pas venu sur son compte depuis un moment.

Cela passe aussi par l’aide à l’utilisation pour des nouveaux clients ou des clients « à risque » donc ceux qui n’utilisent plus le produit en question à cause d’un problème quelconque.

Toujours en rapport avec une séquence automatique de mails que vous envoyez, pensez à toujours vérifier, tester vos séquences mais surtout regardez qui de vos clients ouvrent vos emails.

D’autre part, n’hésitez pas non plus à split-tester vos titres d’emails, vos messages..etc. Pour améliorer les taux d’ouvertures et de cliques.

Surveillez vos actions

Une fois le système bien en place, il est important de tout tracker.

Quand je dis tout ‘tracker’ c’est de suivre absolument toutes les actions que vous menez auprès de vos clients notamment les clics sur les liens que vous envoyez via Googl short URL qui vous raccourci l’url et compte vos clics, mais aussi (et c’est recommandé) via le service Google Url Generator.

De cette manière vous allez pouvoir suivre l’évolution des clics via votre Google Analytics. C’est ultra puissant et complet… et gratuit 🙂

Des retours positifs

Ce qui fonctionne le mieux en terme de marketing, c’est le bouche à oreille positif.

Il faut que votre produit soit suffisamment exceptionnel en soi pour que les clients aient envie d’en parler autour d’eux. Chouchoutez donc vos clients !

Cela peut paraitre bête mais si vos clients sont satisfaits de vos produits ou vos services, grâce à leurs retours positifs sur Facebook, ils vous feront une bonne publicité.

Ce sont eux les ambassadeurs de vos produits alors bichonnez-les, ca en vaut la peine. Il arrivera que des retours soient négatifs, pour cela, il faudra apprendre à gérer ce moment de crise.

Pour faire du Growth Hacking sur Facebook, il y a 3 astuces principales :

1 /Utilisez l’Open Graph de Facebook

Facebook-Open-Graph-Search-Example-21

Pour améliorer votre ciblage, vous allez pouvoir utiliser l’Open Graph Facebook, mais qu’est-ce que c’est c’te bête ?

Facebook Graph Search est un moteur de recherche sémantique lancé par Facebook. Il est conçu pour répondre à des questions écrites en utilisant l’ensemble des données de Facebook. (Celui-ci nécessite l’utilisation de Facebook en anglais, ce n’est pas disponible sur l’interface Française, il vous suffit de changer la langue de votre compte et comme par magie, vous pourrez y accéder).

C’est un outil ultra puissant qui vous permettra de trouver un maximum d’informations sur vos ‘clients’.

Cela vous permet aussi de pousser vos recherches plus loin qu’avec les générateurs de publicités.

Si vous voulez l’exploiter à fond, j’ai trouvé un site qui en parle très bien et qui vous donne toutes les astuces pour faire de Graph Search un véritable espion et une véritable machine à informations.

Via le moteur de recherches Facebook il vous est possible de faire des recherches en ciblant les personnes qui aiment votre domaine ou selon le groupe auxquelles elles appartiennent.

2 / Stimulez l’engagement

Sur Facebook, poster des informations qui font enfler la polémique, c’est ce qui fonctionne le mieux !

N’importe quel sujet un peu controversé et qui fera réagir vos fans est bon à prendre.

Cela fonctionne aussi sur des sujets pour lesquels vos fans peuvent parler de leur vie, faire part de leurs expériences.

Vous pouvez utiliser un sujet d’actualité et demander l’avis de vos fans. Évitez par contre les sujets délicats tels que la politique ou la religion, cela va se terminer en pugilat.

Abordez un sujet et demander à vos fans de témoigner ou de donner leur retour d’expériences etc..  c’est un bon moyen d’engager les discussions mais aussi d’engager votre post.

3 / Monnayez vos « j’aime »

Quand je parle de monnayer, je ne parle pas d’acheter vos « j’aime » sur Facebook mais via votre site, de proposer à vos visiteur une sorte d’échange.

Vous lui proposer un article intéressant en échange d’un « J’aime » sur votre page.

Attention toutefois à ne pas forcer le visiteur parce qu’il ne faut pas qu’il vous offre un « J’aime » dépité mais bien voulu.

Il existe certains plugins pour WordPress qui permette de bloquer un article tant que le visiteur n’a pas effectué une action telle qu’un « Like », un « Tweet » etc..

C’est un moyen utilisable mais encore une fois, je n’en suis pas fan car vous prenez en otage votre visiteur. S’il aime votre contenu, s’il aime votre site, le visiteur ira de lui même liker votre page et vous suivra plus facilement.

Vous savez tout du growth hacking !

TAGS
Articles similaires
2 Commentaire(s)
  1. Répondre

    Inconnu

    21 mai 2018

    Super Article ! Vraiment très instructif…

    🙂

    • Répondre

      Romain

      22 mai 2018

      Merci Beaucoup 🙂
      Je me suis permis de retirer votre url de site 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Romain
Mâcon

Romain, Webmaster depuis plus de 15 ans. Autodidacte. Coach en référencement, réseaux sociaux et blogging. Faites vous accompagner par un conseiller personnel qui vous fournira toute l'aide nécessaire pour mener à bien votre projet Internet.

Favoris